Météorologie : comprendre votre environnement de travail

Météorologie : comprendre votre environnement de travail

En tant que PNC, le ciel est votre lieu de travail. Alors pour vous en approprier les codes et vous acclimater à ses variations, mieux vaut avoir quelques notions en météorologie pour comprendre et vous y sentir à l’aise dans votre environnement de travail quelque peu atypique.

Lors de votre formation CCA, vous serez amener à étudier le ciel, ses composantes et les différents éléments qui influent sur la météo. Nous vous proposons d’ores-et-déjà de découvrir quelques notions de base.

La température : plus on gagne en altitude, plus il fait froid !

Alors qu’on nous dit souvent que le chaleur monte et le froid descend, on pourrait penser que plus on est haut dans les airs, plus il fait chaud. Pourtant c’est tout l’inverse. Avec l’altitude la température refroidit. Cela s’explique par un procédé très simple : le soleil chauffe la Terre et c’est l’air qui englobe la Terre qui emmagasine la chaleur fournie par le soleil à la Terre. C’est pour ça que l’air est chaud lorsque l’on est sur Terre. En revanche, lorsque l’on monte en altitude l’air se raréfie, il y a donc moins d’air pour absorber la chaleur. De ce fait, il fait plus froid.

En moyenne, avec l’altitude, la température diminue de 2° par 1 000 ft soit 6°C tous les 1 000m. A 20km d’altitude, la température se régule et se stabilise à -56,5°C. Au delà de 20km de hauteur, la température augmente à nouveau pour finalement arriver à O°C.

La pression atmosphérique : plus de hauteur mais moins d’air !

La Terre est entourée d’une couche d’air d’environ 15km d’épaisseur. Cette couche d’air exerce une pression sur la Terre : la pression atmosphérique. Plus intense au niveau de la Terre, cette pression diminue avec l’altitude. En moyenne, la pression diminue d’environ 1hpa (hectopascal).

Cette diminution n’est pas sans conséquences pour l’organisme humain qui a besoin d’air pour fonctionner.

Les nuages : de l’eau sous toutes ses formes.

Les nuages se composent essentiellement d’eau, sous toutes ses formes : vapeur, liquide, solide. Cela s’explique notamment par le fait que l’air lui-même est composé de vapeur d’eau. Selon les température, ces vapeurs d’eau viennent s’amonceler aux particules de poussière « également contenues dans l’air. Se forment alors des noyaux de condensation. Ces noyaux de condensation correspondent aux nuages.

Il existe plusieurs familles de nuages, dont deux principales :

  • Les nuages stratiformes : avec une forme filamenteuse et mal défini. Ils sont généralement stables et ne génèrent pas de turbulences.
  • Les nuages cumuliformes : ils ont une forme plus cotonneuse, moutonneuse et sont bien définis. Ils sont instables et peuvent engendrer des turbulences.

Les turbulences : ça va secouer !

Les turbulences sont souvent dues à des appels d’air qui entraînent une diminution soudaine de l’altitude de l’avion. Cette « chute » entraîne quelques secousses mais est parfaitement maîtrisée par les agents présents dans le cockpit.

Ces trous d’air peuvent être causés par de multiples facteurs :

  • Le relief et les déflexions du vent.
  • La température et les échanges de masse d’air : l’air chaud, plus léger, s’élève alors que l’air froid, plus lourd, prend la place de l’air chaud.
  • Les nuages
  • Les vents forts soufflant en rafales irrégulières
  • Le déplacement d’un avion, son sillage.