Les petits secrets bien gardés des PNC

Les petits secrets bien gardés des PNC

En tant que futur(e) PNC, les avions n’auront bientôt plus aucun secret pour vous. Petites astuces pour être plus confortables pendant les vols, règles de sécurité et fonctionnement du matériel : vous maîtriserez tout sur le bout des doigts. En attendant, nous vous proposons de découvrir quelques uns des secrets les mieux gardés par les hôtesses de l’air et les steward concernant ce qui se passe lors d’un vol.

Les hôtesses de l’air et steward ont des informations sur les passagers

Avant de vous faire embarquer dans un avion, l’ensemble de l’équipage à bord obtient des renseignements à votre sujet. Cela a notamment vocation a leur permettre de savoir si vous faites partie des personnes blacklistées de la compagnie ou non. En effet, si une personne se comporte mal à bord d’un vol elle prend le risque d’en être blacklistée et de se voir interdire l’accès au vol de ladite compagnie.

Les pilotes ne mangent jamais le même repas

Dans le cockpit il y a toujours au moins deux personnes : le pilote et le co-pilote. Cela a pour vocation de toujours avoir une personne complètement active pendant que l’autre se repose ou bien s’éclipse quelques minutes (pour une pause toilette par exemple). Alors pour garantir cet équilibre et être sûr qu’un des deux pilotes soit toujours actif, les pilotes mangent des repas différents afin d’éviter les intoxications alimentaires simultanées. Cela concerne les repas à bord tout autant que les repas qui précédent le vol.

Les toilettes peuvent être ouverts à tout moment depuis l’extérieur

Dans un souci de sécurité, les toilettes peuvent être ouverts de l’extérieur. Cela permet d’éviter qu’un passager y reste enfermé. Bien que cela semble rassurant, savoir que les membres de l’équipage ne sont pas les seuls à pouvoir ouvrir ces toilettes et que les passagers de l’avion peuvent également le faire, l’est un peu moins. En effet, le système mis en place pour ouvrir la porte des commodités depuis l’extérieur est accessible à tous.

Les atterrissages brutaux sont volontaires

Parfois, les atterrissages des avions peuvent paraître un peu brutal et les passagers peuvent alors se demander si cela est normal et s’inquiéter. Toutefois, les pilotes font le choix d’atterrir de façon un peu brutale lorsque les conditions météorologiques les y obligent. Par exemple, par temps de pluie, cela permet d’éviter l’aquaplaning en favorisant l’adhésion des roues au sol. Ces atterrissages sont donc parfaitement maîtrisés bien qu’ils peuvent un peu secouer.

Le masque à oxygène ne fonctionne pas plus de 30 minutes

Pas de panique ! Bien que cela puisse surprendre, cette durée est suffisante pour garantir votre sécurité et votre survie. En effet, en cas de problème en vol, les masques ont vocation à vous permettre de respirer et de vous oxygéner le temps que le pilote descende l’avion à une altitude où l’air respirable. Cette manoeuvre prend en moyenne entre 15 et 30 minutes. Ensuite, vous pouvez respirer naturellement, sans votre masque.