Témoignage #Anthony, ancien stagiaire AeroSchool

Témoignage #Anthony, ancien stagiaire AeroSchool

Peux-tu te présenter ?

Anthony, 25 ans, ma formation a duré du 5 juin 2017 au 8 novembre 2017.

Parle-nous de ton expérience chez AeroSchool

J’ai commencé chez Aeroschool sans aucune expérience ni connaissance dans le domaine de l’aérien, si ce n’est ce que j’avais pu lire sur internet à propos du métier et de l’école dans laquelle je m’embarquais. Je n’ai pas été déçu du programme (bien qu’étant un peu effrayant de prime abord au vu du nombre de pages des manuels) , ni de la pédagogie des accompagnants ainsi que de leur patience et absence de jugement face à toutes les questions qui pouvaient leur être posées. La plateforme en ligne ainsi que les QCM sont des outils déterminants pour la bonne réussite des examens, c’est ce qui pour ma part m’a fortement aidé dans ma réussite et je pense ne pas trop m’avancer en disant que c’est ce qui a aussi aidé mes camarades à franchir les étapes vers le succès.

Qu’est-ce qu’un PNC selon toi ?

Arrêtons de dire ce que les compagnies veulent entendre dans les entretiens et laissons exprimer ce que l’on ressent vraiment ! Un PNC c’est quelqu’un de curieux, sociable, qui aime la vie et dont la seule devise est le carpe diem, cependant si l’on devait ajouter une touche travail dans tout ceci, ce serait que le PNC est quelqu’un de consciencieux et d’autonome, et toujours à l’écoute de ses camarades comme de ses passagers. Pourquoi devenir PNC ? Est-il vraiment nécessaire d’y répondre ? Je pense que toi-même tu sais pourquoi tu veux le devenir, j’ai pas raison ? Si je devais donner ma raison, en toute franchise, ce serait parce que je voulais sortir de ma zone de confort, découvrir ce qui m’entoure et casser les frontières afin de rencontrer de nouvelles personnes et enrichir ma propre culture du monde auquel j’appartiens, et avoir tout plein d’anecdotes et photos pour faire rager les potes. 😉

Ta vie après Aeroschool, elle ressemble à quoi ?

Je n’ai pas attendu longtemps si on regarde bien. J’ai fini ma pratique en mi-octobre, suite à quoi, j ai commencé à faire de l’intérim tout en commençant mes recherches, car je savais qu’il allait surement falloir payer les billets d’avion pour aller passer les entretiens sur Paris, et par la suite payer des Airbnb pour quand j’aurai mon premier recrutement. Puis j’ai eu mon CCA en novembre et un premier entretien ce même mois qui n’a pas été concluant, ce qui m’a mis un coup au moral, car c’était la première fois que je subissais un échec dans ma vie. On ne peut s’empêcher de penser « vais-je être à la hauteur? Pourquoi moi plutôt qu’un autre qui aurait déjà plus d’expériences que moi dans le milieu ? », c’était la première fois que je faisais face à moi-même et que je me mettais moi-même dans une période de doute, bien que celle-ci fût de courte durée. Le 22 décembre : nouvel entretien, je sais un peu plus à quoi m’attendre, je suis en tout point préparé, l’échec m’est interdit, 2 échecs de suite serait pour moi inacceptable. J’y vais, première épreuve: checked, deuxième épreuve : checked, entretien final : checked !!

Je retourne chez moi et j’attends la réponse. Trois jours plus tard le téléphone sonne.
-Bonjour, je suis bien sur le Téléphone d’Anthony ?
-Oui c’est bien lui
-Je suis de la compagnie French Blue, vous avez passé un entretien avec nous le 22 Décembre, je vous appelle pour vous dire que vous avez été retenu, bienvenue chez French Blue !

Raconte-nous la journée type d’un PNC dans ta compagnie ?

Tout commence comme pour toutes les compagnies avec un briefing sur la sécurité, les informations de vol puis les spécificités passagers. Suite à ça, on rentre dans l’avion, nous faisons nos security checklists, safety search, puis quelques vérifications quant à l’appareil sur lequel on exerce le jour même, puis, accueil des passagers, on les assiste si besoin. Ceci est suivi par l’armement des portes (vous verrez tout le monde a peur de faire la bourde d’ouvrir une porte avec le toboggan mal désarmé au début, mais en fait c’est une étape assez facile). Suite à cela on fait la safety démo, cabin secure et on décolle. Aprés le décollage, vu qu’on fait du long courrier, nous préparons les repas chauds, apéro, puis les duty free, et les petits déjeuners. C’est pas toujours dans cet ordre selon l’heure à laquelle on décolle.

On finit par une petite distribution de bonbons, une dernière cabin secure et on se rattache pour l’atterrissage.

Dernière étape après l’arrivée à bon port, on désarme les toboggans, on ouvre la porte et on lance un dernier au revoir aux passagers et on les aide pour ceux qui ont besoin d’assistance.

Après ça, dernier check pour voir si les passagers n’ont rien oublié, petit débrief et en route pour l’hôtel !

Un conseil pour les futurs stagiaires d’Aeroschool ?

Bossez !! Mais sachez décompresser aussi, certains de mes camarades restaient jusqu’à 1h du mat devant leur intranet et cahier, moi j’étais plutôt pour la méthode, à 22h30 tout le monde au lit, cale-toi devant breaking bad, the big bang theory ou tout autre série qui te plaira et ton cerveau te le rendra bien, arrive fatigué en cours et tu t’en voudras de pas t’être couché plus tôt la veille. N’oublie pas de sortir de temps en temps boire une bière avec tes collègues de travail, tu seras bien heureux de sortir d’une sphère de travail qui, tu verras, sera bien intense, de plus tu seras plus en phase avec toi-même et tes camarades et tu feras de très belles rencontres crois moi. J’ai suivi cette philosophie et mes notes ont toujours été excellentes.

Si t’es plus fort que certains de ta classe, n’hésite pas à les aider, cela te fera revoir ta leçon, te montrera si tu la connais vraiment sur le bout des doigts et mettra en évidence quelques points où tu pensais tout savoir, mais en fait non, t’étais carrément à côté de la plaque et ton/ta collègue que t’es en train d’aider te la fait remarquer. Si à contrario c’est toi qui a besoin d’aide, n’hésite pas à contacter un(e) collègue il/elle sera content(e) de t’aider. Ah oui au fait, créez un groupe FB ou Whatsapp !